antifa

Lancement d’une Coordination Antifasciste de Belgique

Ce samedi 17 février 2024, à l’occasion des 5 ans du Front Antifasciste de Liège 2.0 (FAL), des collectifs antifascistes de toute la Belgique et d’ailleurs se sont réunis dans la Cité Ardente. À la veille d’élections qui renouvelleront tous les niveaux de pouvoir, ils souhaitent se coordonner pour lutter ensemble contre la montée de l’extrême droite, en Europe comme en Belgique. Ils pointent les dangers spécifiques à la situation belge et proposent un agenda de mobilisation.

Il y a 5 ans, le 30 janvier 2019, plus de 250 personnes et une quarantaine d’organisations (syndicats, associations petites et grandes, collectifs affinitaires, troupes de théâtre, organisations de jeunesse, …) actaient la création du Front Antifasciste de Liège 2.0 (FAL) au Manège de la Caserne Fonck. Il s’agissait de réagir à l’extrême droitisation du champ politique en créant “un front regroupant le plus largement possible toutes les sensibilités de l’antifascisme sans jugement de valeurs sur les méthodes ou les degrés d’engagements mais ayant un objectif clair et précis : la lutte contre les propos, idées, actions de personnes ou de groupement d’extrême droite.

A peine créé, le FAL avait mené sa première action en empêchant un meeting d’extrême droite de se tenir à Verviers sous le couvert d’une « conférence littéraire » du secrétaire d’état à la migration Theo Francken.

Aujourd’hui, à la veille d’une séquence électorale capitale qui verra tous les niveaux de pouvoir en Belgique être renouvelés, le temps est venu de tirer un bilan et de se rassembler pour contrer la montée du fascisme.

En Belgique francophone, l’extrême droite n’a plus d’élus, à l’exception de quelques cas isolés au niveau communal. Son implosion, suite à la dernière déroute électorale, offre aujourd’hui un paysage atomisé même si un nouveau venu tente de s’imposer, soutenu par de nombreuses structures de l’extrême droite européenne. Les différentes initiatives antifascistes ont participé à maintenir ce nouveau parti à l’état groupusculaire (notamment en empêchant chacun de ses événements publics), mais il surinvestit sa communication sur les réseaux dits sociaux et certains médias peu regardant lui font des coups de projecteur qui seront peut-être lourds de conséquence demain.

Le contraste est saisissant avec la Flandre, où le Vlaams Belang jouit d’une immense popularité. Lors du dernier sondage par exemple, le VB était le plus grand parti avec 27 % des intentions de vote. À titre de comparaison, le Vlaams Blok avait obtenu 6,6 % des voix lors du dimanche noir de 1991. Parallèlement à cette extrême-droitisation, on assiste également à une normalisation du discours d’extrême-droite. Celui-ci se manifeste, entre autres, par l’adoption d’un langage et de points de vue d’extrême droite par des politiciens et des faiseurs d’opinion de diverses tendances politiques.

L’enjeu de 2024 est triple : maintenir l’absence d’élus d’extrême droite en Belgique francophone et tout faire pour empêcher une vague noire en Flandre, mais aussi combattre l’extrême droitisation des partis « traditionnels », à commencer par le MR qui reprend de plus en plus de thématiques et d’éléments de langage de l’extrême droite. Il n’est malheureusement pas le seul.

C’est pour répondre à ce triple enjeux que ce samedi 17 février 2024, une coordination antifasciste de Belgique, regroupant les trois régions (Wallonie, Bruxelles, Flandres), a été lancée. Celle-ci a été inaugurée à l’occasion de l’anniversaire des 5 ans du Front Antifasciste de Liège 2.0, au cours duquel des stands, ateliers, conférences et concerts ont été organisé et qui a également rassemblé des antifascistes de régions limitrophes (Allemagne, France, Pays-Bas).

Venant de partout en Belgique, des participant·es de différents groupes antifascistes et de différentes sensibilités ont ainsi acté la relance d’une coordination antifasciste interrégionale dans un geste à la dimension politique évidente. Ce n’était plus arrivé depuis 30 ans en Belgique. Au-delà d’un lieu d’échange d’informations et de discussions sur les stratégies à adopter pour contrer la montée du fascisme, cette nouvelle coordination entend aussi occuper l’espace public et pousser les différentes forces sociales à se mobiliser.

Cette coordination antifasciste de Belgique déclare que combattre le fascisme, c’est combattre aussi le racisme, sous toutes ses formes. C’est combattre le capitalisme, et l’oppression des corps et des esprits qu’il insinue et les division qu’il distille pour se maintenir en place. C’est combattre le système patriarcal et toutes les oppressions liées aux genres.

C’est pourquoi elle invite dès à présent toutes les organisations et personnes favorables à une société ouverte et inclusive basée sur l’égalité sociale, s’opposant donc aux idées d’extrême droite et à ceux qui les propagent, à rejoindre les actions qui seront menées cette année :

Avant les élections du 9 juin 2024, la coordination compte également organiser diverses mobilisations contre l’extrême droite. Si celle-ci vient à percer aux élections, elle se tiendra prête à appeler les forces antifascistes à descendre dans la rue.


De plus, elle appelle toutes les forces sociales à s’opposer à la propagation des discours et idées d’extrême droite en luttant par tous les moyens légitimes à leurs dispositions. Devant l’incapacité actuelle des partis et médias à jouer ce rôle, nous appelons à la création d’un véritable cordon sanitaire de lutte. Que les groupes qui sèment la haine de l’autre se voient opposer une résistance déterminée et systématique.

Aujourd’hui, plus que jamais, organisons-nous : No Pasaran !

Signataires actuels de la Coordination Antifasciste de Belgique (liste ouverte à adhésion) :

Blokbuster

CGSP ALR Bruxelles

Coalition Stand-Up contre l’extrême droite

Collectif antifasciste Namurois

Collectif de Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations

écolo j

Etudiant.e.s Gauche en Action

Front antifasciste de Liège 2.0

Front antifasciste montois

Garance asbl

Gauche anticapitaliste

Groupe Syndical Antifasciste CEPAG-FGTB Bruxelles

Jeunes CSC Bruxelles

Jeunes FGTB

JOC

Mons Antifa

MOC Bruxelles

MRAX

Parti Socialiste de Lutte

Platform Antifascistische Activisten Leuven

Réseau ADES

RésistanceS & Les Amis de RésistanceS

Union Syndicale Etudiante

Partager cette publication

Articles similaires

Reprendre nos affaires en main!

À l’approche des élections, voici venue l’heure des bilans de l’action des majorités sortantes. De manière générale, ces bilans s’avèrent plutôt décevants pour celles et ceux qui ont cru aux promesses des partis dits « de gauche » qui, finalement, se sont contentés de gérer un système mortifère. Aucun gouvernement n’a opéré de réelle rupture avec les mécanismes d’oppression et d’exploitation, et cela même à Bruxelles où la coalition rouge-verte ne comptait pourtant que deux ministres étiquetés à droite (Open VLD et Defi).
Bien sûr, « ça aurait pu être pire », ça le peut toujours. La menace de la droite et de l’extrême droite est bien réelle, pas seulement en perspective de résultats électoraux mais aussi étant donné la façon dont les options sécuritaires, antisociales et discriminantes s’installent de plus en plus facilement au sein des partis dits démocratiques. Heureusement que, malgré ce contexte morose, des résistances se sont organisées pour freiner cette course vers le mur. (…) Elles ont démontré que, ensemble, nous ne sommes pas prêt.e.s à nous laisser faire en abandonnant si facilement nos droits légitimes, fort.e.s de notre solidarité et de notre créativité collective.
Dans le nouveau numéro de Mouvements, nous avons choisi de revenir sur certains enjeux qui nous paraissent essentiels pour les Bruxellois.es en perspective des élections du 9 juin.

Voir l'évènement >>