arton15587-3c276

Non à l’ordonnance «Bruxelles numérique»!

Avec près de 200 associations et professionnel.le.s bruxellois.e.s, le MOC Bruxelles signe la carte blanche «Bruxelles numérique : une mesure discriminatoire» publiée le 14 novembre dans la Libre Belgique à l’initiative de Lire et Ecrire Bruxelles.

Dans quelques jours, le gouvernement bruxellois va présenter au parlement un projet d’ordonnance
intitulée « Bruxelles numérique », porté par le ministre Clerfayt. Cette ordonnance, qui a la même
force contraignante qu’une loi, impose aux administrations régionales et communales bruxelloises
(telles qu’Actiris, les CPAS ou les communes) de rendre intégralement disponibles en ligne leurs
services, et de communiquer avec les citoyens par ce biais. Par contre, ce texte n’impose pas aux
administrations de maintenir un guichet humain, en parallèle de ce « guichet numérique ». L’objectif
de la mesure est clair : le digital va devenir la règle quand le papier et le contact humain seront des
exceptions. C’est ce qu’on appelle le « digital par défaut ».

On le constate depuis longtemps, les guichets physiques disparaissent de plus en plus et les usagers
sont invités à s’orienter vers un site web ou une application pour trouver réponse à leur demande, y
compris pour les démarches les plus fondamentales. Avec l’ordonnance, on ne peut douter que cette
tendance va s’intensifier. Les situations de non-recours aux droits (au travail, au logement, aux
allocations…) vont continuer de croître et seront laissées sur le carreau toute une série de personnes
pour qui cet accompagnement humain est nécessaire et même vital notamment pour accéder aux
droits sociaux.

S’il est vrai que, quand le numérique fonctionne, il peut permettre à l’Etat et à nombre de personnes
de gagner du temps et de réduire les dépenses, il ne faut pas ignorer que les inégalités numériques
se creusent. Selon le Baromètre de l’inclusion numérique 20221 [1], aujourd’hui, près d’un Belge sur deux et deux Bruxellois sur cinq sont en difficulté avec le numérique, en ce compris des jeunes. Ce
chiffre augmente pour les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique (niveau de revenus)
et culturel (niveau du diplôme), dont les personnes en difficulté avec la lecture et l’écriture, mais
aussi les personnes âgées et certaines personnes porteuses de handicap.

Cela signifie donc que l’ordonnance « Bruxelles numérique » va imposer, pour l’accès à des besoins
essentiels, une voie d’accès qui met en difficulté une personne sur deux, et soulève, pour certains, de
réelles questions de survie. Sur le plan juridique, cette mesure bruxelloise pose question au regard de la Constitution, et en particulier aux exigences d’égalité et de non-discrimination consacrées par les articles 10 et 11 de la Constitution. En effet, bien qu’elle soit neutre en apparence, elle aboutit à imposer une différence de traitement non justifiée à près d’un Bruxellois sur deux, entraînant des conséquences néfastes graves au quotidien.

Cette ordonnance est également contraire aux principes généraux de droit administratif (principe de continuité du service public, de bonne administration, d’accessibilité…) Certes, les autorités bruxelloises affirment qu’il n’est « pas question d’abandonner une partie de la population en raison de la numérisation des services publics. Elle ne doit jamais être l’occasion d’une privation de droits ou d’accès aux droits. » 2 et elles imposent effectivement aux administrations de rédiger « une stratégie d’accompagnement ».

Mais sous quelle forme ? Des campagnes de sensibilisation, des formations ou une orientation vers les EPN (espaces publics numériques). C’est là faire abstraction du fait qu’il y aura toujours des personnes pour qui seul le contact humain permettra de s’en sortir dans les démarches administratives.

https://lire-et-ecrire.be/Non-a-l-ordonnance-Bruxelles-numerique

Partager cette publication

Articles similaires