» Logement Urbanisme » Politique de l’environnement
 
Mis à jour le lundi 18 septembre 2017 

 
CIEP-MOC
MOC logo vie fémininie logo equipes populaires logo JOC logo CSC logo mutualite chrétienne
 

Politique de l’environnement

 

Le logement social destiné aux populations dont les moyens sont insuffisants pour accéder aux logements disponibles sur le marché privé reste insuffisant par rapport à la demande. Il est à noter parmi les tranches de populations précarisées, les femmes le sont encore plus. Elles gagnent en moyenne 18 % de moins que les hommes, travaillent majoritairement par rapport aux hommes à temps partiels. Elles ont des retraites inférieures à celles des hommes. Par ailleurs, les familles monoparentales dont 87 % sont des femmes vivent davantage dans des logements insalubres. Devant ce constat, le logement privé est d’autant plus inaccessible.

⇒ Appliquer les normes de Kyoto : Les stratégies à mettre en place doivent être définies avec la population bruxelloise. La technicité des questions ne peut justifier d’exclure des débats les premiers concernés. Nous devons être très attentif à ne pas tomber dans le piège de soutenir aveuglément toute proposition faite au nom de la protection de l’environnement. Les conséquences sociales doivent être évaluées pour tout projet.

⇒ Tenant compte de cela, il faut rapidement mettre en place des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 5,2% pendant toute la législature 2009-2014 et d’augmenter les absorptions de carbone. Des mesures structurelles doivent impérativement fonctionner dans les domaines de la production, du transport, du bâtiment, de l’énergie, des déchets et des espaces verts.

⇒ Renforcer les moyens d’information par panneaux publics de la qualité quotidienne de l’air.

⇒ Extension des pratiques de tri-recyclage à toute la région : il faut notamment séparer les déchets organiques (42% des sacs blancs, aujourd’hui incinérés ce qui correspond à 11% des émissions de CO2 à Bruxelles) pour produire du biogaz pour les bus de la STIB et du compost pour l’agriculture régionale. Promouvoir le biorégionalisme.

⇒ Financement de « sacs jaunes et bleus » gratuits pour les habitants par une taxe sur la publicité « toute-boîte ».

⇒ Organiser le ramassage des déchets verts dans toute la région.

⇒ Prise en charge des surcoûts engendrés par les programmes de maintien et de renforcement des industries dans la ville afin de rendre leur activité compatible avec l’habitation.

⇒ Augmentation des espaces verts, au maximum reliés entre eux (maillage vert) et aménagement de terrains de jeux de proximité. Organisation de leur surveillance par les pouvoirs publics ou par Bruxelles Environnement (ex-I.B.G.E.).

⇒ A l’occasion de sa révision, intégrer dans le PRAS une structure écologique veillant à un espace vert (condition du maintien de la biodiversité) et visant une meilleure répartition des espaces verts (aujourd’hui surtout concentrés dans les quartiers aisés).

Retour logement

 
 

 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le lundi 18 septembre 2017 
soutien