» Education » Education permanente, culture et Enseignement
 
Mis à jour le lundi 18 septembre 2017 

 
CIEP-MOC
MOC logo vie fémininie logo equipes populaires logo JOC logo CSC logo mutualite chrétienne
 

Education permanente, culture et Enseignement

 


- Nos revendications :

=> Développer un effort d’éducation permanente dans les écoles et en lien avec le secteur de l’EP qui rende le système scolaire plus compréhensible pour les parents.

=> Encourager la mise en place de dispositifs organisant des contacts plus suivis entre les P.M.S., l’associatif, les Services d’Aide à la Jeunesse et les écoles afin de permettre à chacun de mieux connaître l’autre, de développer des partenariats à tous les niveaux et lutter ainsi contre l’échec scolaire (cf les anciennes Z.E.P.).

=> Favoriser les synergies et les collaborations entre l’enseignement et le secteur artistique.

=> Redynamiser les Conseils de Participation, lieu d’échange entre tous les partenaires de l’école, en les dotant notamment de compétences et de moyens réels. Encourager et soutenir la création ou le développement d’associations de parents issus des milieux populaires.

=> Octroyer, dès la maternelle, des moyens financiers et pédagogiques suffisants en vue de soutenir tous les jeunes qui ne possèdent pas la maîtrise de la langue française et encourager les innovations pédagogiques en matière d’apprentissage des langues.

=> Les classes passerelles sont un dispositif qui a montré toute sa pertinence et son efficacité. Elles sont insuffisantes pour répondre à l’ensemble des demandes qui leur sont faites. Dès lors il faut étendre les classes-passerelles à toutes les situations prévues par le décret sur les primo-arrivants. Ceci afin, notamment, de permettre aux primo-arrivants de maintenir ouvert le plus grand choix en terme d’orientation professionnelle.

=> Afin d’éviter un « déclassement » d’office des nouveaux arrivants, mettre sur pied des conseils d’intégration pour orienter les élèves en fonction de leur niveau réel, sur le modèle de ce qui se fait déjà pour les demandeurs d’asile mineurs.

=> La maîtrise insuffisante des langues est une des raisons majeures, avec le manque de qualification, invoquées pour expliquer les limitations de l’accès de nombreux jeunes bruxellois à l’emploi. Il faut prendre des mesures pour permettre et élargir l’immersion linguistique des primo arrivants, comme des élèves des écoles en D+. Au-delà de la connaissance de la langue de l’enseignement, dont l’acquisition est tout à fait prioritaire et préalable, tout enfant doit avoir l’opportunité de se former dans une seconde langue.

=> Permettre aux enfants étrangers de suivre des cours d’apprentissage de leur langue maternelle et la culture de leur pays d’origine, en partenariat avec des associations pluralistes.

=> Organiser dans et hors des écoles, en partenariat avec les organismes d’éducation permanente, des cours d’alphabétisation et de Français langue étrangère pour les parents.

=> Octroyer des moyens financiers et pédagogiques aux organismes d’éducation permanente et aux écoles qui organisent une formation à l’accès aux nouvelles technologies de l’information pour éviter des nouveaux analphabètes de l’électronique.

Retour éducation

 
 

 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le lundi 18 septembre 2017 
soutien